La source

Début 2018, après avoir dévoré livre « La thérapie de l’âme » de Cheikh Khaled Bentounès, ce que j’appelais jusqu’alors ma religion s’est transfigurée en spiritualité.

Que l’on s’entende bien et que les choses soient bien claires : je ne cherche à ne convaincre, ni à convertir qui que ce soit à quoi que ce soit. Oh si. Si peut-être. Peut-être que si je suis honnête avec moi-même et avec vous, si je devais vous convertir à quelque chose, ce serait à l’Amour. Oui, à l’Amour. Oui, c’est d’Amour que je vais parler.

J’ai toujours été très pudique à cet égard. Comme la politique ou les autres sujets « malaisants », j’esquivais toujours rotativement et à la perfection ce suj’. Je disais à qui voulait l’entendre que la foi, c’était comme les fesses, que ça ne regardait que moi et que c’était de l’ordre de l’intime.

Seulement, comme toutes les belles histoires d’Amour, plus elles évoluent, plus elles s’intensifient, plus elles sont magiques, plus on a envie d’en parler, de partager.

Poursuivre la lecture de « La source »

En quête de sens

En quête de sens

Tomber nez à nez avec soi ! Pas d’esquive rotative envisageable. Rien. Enfin si, évidemment, je l’ai tentée l’esquive (penses-tu), bien huilée, mais l’Univers m’a ri au nez en me chuchotant « bien essayé ma fille, mais maintenant, c’est toi et toi ». Toi et toi, sans faux semblant, sans make up, sans paillette, non, juste toi et toi.

« Mais qui es-tu ? Que veux-tu ? »

Non, pas elle, pas celle-là non, pas cette Fama que la société a fabriquée de toutes pièces pour qu’elle fit (du verbe to fit) à ses attentes, à ses catégories, à ses boî-boîtes. Oui-oui, elle est gonflée la société avec ses attentes et compagnie. Et par société, j’entends tout le monde. Par société, j’entends parents, frères, enseignants, amis, collègues, voisins, inconnus, bref, tout le monde. Tout le monde sauf moi. Tout le monde sait qui tu dois être, ce que tu dois faire, ce qu’il te faut, ce qu’il faut.

Poursuivre la lecture de « En quête de sens »